Fast, easy and free

Create your website now

I create my website

Les galeries souterraines d'eau de
source de Fontenay-aux-Roses (2017-2019)

 

Voir aussi :                                                                                          © Tous droits réservés ©    

 

  Le site principal avec ses plans et ses photographies                                                                   colettejunier@hotmail.fr

 

 

Chronologie des évènements de l'année 2018

BESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswy

BESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswy

Les galeries souterraines d'eau de
source de Fontenay-aux-Roses (Suite2)

 

BESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswy


1- La visite des Normaliennes
   
   Pour fêter le cinquantenaire de leur promotion, 11 anciennes élèves naturalistes (Sciences et Vie de la Terre) de l’ancienne Ecole Normale Supérieure de Fontenay-aux-Roses avec leur professeur sont revenues sur le lieu de leurs études le dimanche 28 janvier 2018.
    Elles sont revenues le temps de la visite de leur ancienne école qui est devenue la résidence universitaire Olympe de Gouges.
    Elles ont retrouvé le parc avec le ginko biloba et le sequoia. Ils se sont bien développés !
    Elles ont recherché sur la Coulée verte le poteau planté de grands clous qui leur permettait de « faire le mur » aux heures de rentrée trop tardives dans l’Ecole. Puis elles ont déjeuné place du Château Ste Barbe.

    Elles espéraient visiter les aqueducs souterrains, mais en vain ! Elles reviendront quand un accès y sera créé.

__________________________________________________________________________________

2- Le 122 rue Boucicaut
   
     L’immeuble comprenait un restaurant au rez-de-chaussée, des chambres d’hôtel au 1er étage et des appartements en location au 2ème. Un témoin y avait vécu avec ses grands-parents. Ils lui avaient parlé d’une galerie souterraine qui passait par la cave de l’immeuble, puis rejoignait Denfert Rochereau.
     L’immeuble vient d’être détruit et un autre tout neuf va être construit.
     Nous avons surveillé les travaux du mieux que nous avons pu, mais le chantier nous était interdit. Nous y avons aperçu des caves, mais pas la galerie recherchée.

     Néanmoins, la dernière équipe qui effectuait des sondages a photographié une galerie souterraine large de 2 à 3 mètres à moins 10 m de profondeur, de couleur beige, au 3 de la rue Blanchard. Y avait-il là une ancienne carrière de sable d’exploitation souterraine ?
     Car à environ 70 m au nord-est, une grande exploitation de sable, de même que d’autres plus petites au sud-ouest, sont signalées sur le plan de l'Inspection Générale des Carrières (IGC).
     D’après l’IGC, Fontenay-aux-Roses serait la seule ville d’Ile-de-France ayant possédé des carrières de sable souterraines. Le sable se travaillait alors à la pioche.

__________________________________________________________________________________

3- Les galeries en étoile de l’ancienne Ecole Normale Supérieure
« Par où l’eau vient ou doit venir. »
Elles sont décrites dans un procès-verbal de 1759 (AN-S3554) pour être réparées par le seigneur Jacques Devin.

    L’eau de la source S descend par la galerie Y. En X elle est partagée en 2. Une moitié descend tout droit pour alimenter la fontaine du Clos des Chevillon sur la Coulée Verte, et l’autre moitié est destinée à l’abreuvoir D situé à l'est.

    Puis le seigneur Jacques Devin a annexé la ruelle A et cet abreuvoir D qui était devenu une mare puante. Il supprima l'abreuvoir, et fit construire un réseau d'aqueducs pour alimenter sa propriété. L'élément le plus remarquable de ce réseau est le carrefour des aqueducs que nous pouvons encore admirer.
 
    La partie nord du domaine seigneurial deviendra en 1881 l’Ecole Normale Supérieure, puis vers 2011 la résidence universitaire Olympe de Gouges.
  
Les Normaliens avaient pris en 1991 quelques photos de ces galeries lors de leur découverte, puis nous-mêmes en 2011.
Nous avons commencé à les documenter. 
Peu à peu, nous comprenons mieux ces galeries très particulières et nous tentons de retrouver le fil de leur évolution.

__________________________________________________________________________________

4- La Marche de la Bièvre le dimanche 15 avril 2018
   
     C'était la 36ème Marche de la Bièvre. Ils étaient 1638 dont 856 partis à minuit de Notre Dame de Paris.
     Ils sont passés par la Coulée Verte à Fontenay-aux-Roses entre 1h et 3h  du matin.
     Nous les attendions près de la fontaine du Clos des Chevillons que nous avions éclairée pour la circonstance.
     Ils sont arrivés vers midi à Guyancourt aux sources de la Bièvre après 50,7 km de marche.

Impressionnant, non ? Il faisait nuit noire.

__________________________________________________________________________________
 
5- Le parc de l’ancienne Ecole Normale Supérieure : rien de nouveau, hélas …!
    
Il est partagé maintenant entre la résidence universitaire Olympe de Gouges (au nord),
et l’Université Paris Sud (au Sud). 
 
   Malgré nos demandes insistantes auprès de la mairie depuis plusieurs années, aucun accès n’a été recréé pour accéder aux aqueducs sur le terrain de la résidence universitaire (Hauts-de-Seine Habitat). Une fosse avait pourtant été conservée à cet effet à proximité du "carrefour des aqueducs".
    
    Et malgré l'intérêt que porte la municipalité à ces vestiges et une réunion constructive entre la mairie,  l'Université Paris Sud et LSF en 2016, aucun contact n'a pu être poursuivi pendant les travaux de terrassement engagés par l'université et toujours en cours. Nous espérions pourtant en profiter pour compléter nos connaissances, et tenter de localiser les regards enfouis d'un aqueduc proche de la limite ouest de la propriété.

 __________________________________________________________________________________

6- Les galeries drainantes crées par Colbert
 
 aux Vaux Robert (Rue Pasteur, rue Boris Vildé, rue de la Fosse Bazin, et rue de Fontenay au Plessis Robinson)
 
     Les explorations réalisées en 2017 se sont poursuivies par une recherche documentaire très large, incluant les archives municipales du Plessis Robinson, les archives de Paris, les archives des Hauts-de-Seine.

    Cela nous a permis de retrouver de nombreux documents, concernant essentiellement la commune du Plessis-Robinson, sur laquelle se continue le réseau que nous avons retrouvé sur Fontenay-Aux-Roses.
 
    Une première exploration à l'aide d'un endoscope (mini-caméra pouvant se glisser dans un petit orifice, ici le trou central d'une plaque d'égout en fonte) réalisée sur la commune du Plessis Robinson a permis de mettre en évidence une autre galerie drainante sur le territoire de cette commune, accessible depuis un regard sur la voie publique.


     Nous mettons en place une collaboration avec les services de cette ville pour poursuivre nos explorations, toujours en utilisant nos moyens déportés, caméras, tachéomètre, télémètre et robot d'exploration.

__________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
  

7- Abris anti-aériens de la Défense Passive (1939-1945)

     

Nous avons évoqué en 2017 (points 1 et 15) la recherche de l’un des abris.

Depuis, nos découvertes nous permettent de confirmer la construction et l’exploitation de 3 abris bétonnés du même type.


  1. Le premier abri, que nous avons pu positionner avec précision et exploré avec l’aide de spéléologues. Un plan et un reportage photographique ont pu être réalisés. Il se trouve sous la zone de service  du gymnase de Parc.






  2. Le second abri, légèrement plus petit, dont nous avons également le plan, qui se trouverait lui aussi sous le gymnase, parallèle au premier, sous le coté est de la salle de sport.

         Au vu de sa position estimée, il devrait être intact, car aucun ouvrage souterrain afférant à la construction du gymnase ne devrait l’avoir impacté. Nous poursuivons nos recherches.

     

  3. Le troisième abri, qui se trouverait sous la place du Château Ste Barbe, construit dans une zone non bâtie de l’ancien îlot Blanchet. Nous savons qu’il est dans ce secteur grâce à un plan de 1939.
    Par contre, à ce jour, nous ne connaissons rien sur son état.
__________________________________________________________________________________
8- La restauration de la pompe…
   
     Montée sur un magnifique support en fer forgé, avec un corps en laiton et une enveloppe en cuivre, elle est méconnaissable par rapport à son état d’origine (voir point 6 de 2017).
     Une équipe de 4 personnes (3 de Fontenay, 1 du Plessis), lui a redonné vie après de longs travaux (comme confectionner un nouveau piston en bois, un joint en cuir, un clapet en plomb coulé siglé "LSF"). Un tourneur sur bois s’est de plus offert pour réaliser une poignée de manœuvre digne de cette pompe …
    
   
    Vous aurez la primeur de la découvrir lors de la Journée des Associations, puis elle sera la vedette des "Journées Européennes du Patrimoine" où vous pourrez même la manœuvrer pour pomper de l’eau.
  
__________________________________________________________________________________
9- Programme du Forum des Associations 2018
  
     Cette rencontre annuelle entre les Fontenaisiens et leurs associations aura lieu cette année dans le parc Sainte Barbe, le dimanche 9 septembre, puisque le gymnase est indisponible.
     Nous en profiterons pour exposer la pompe que nous avons restaurée, et qui sera présentée en symbiose avec  l’association « Nos Potagers »: elle sera ainsi associée à un carré de légumes anciens !
 
__________________________________________________________________________________

10- Programme des Journées Européennes du Patrimoine 2018
    
 Associé au rappel de nos activités générales, cette exposition présentera, cette année, trois points principaux :
Extrait du tract de la municipalité de Fontenay-aux-Roses
  1. Les galeries drainantes crées par Colbert au XVIIème siècle, avec son vaste réseau pour alimenter son château de Sceaux en eau potable,

  2. Les abris anti-aériens de la « Défense passive » construits en 1939, avec en particulier ceux construits sous l’actuel gymnase du Parc,

  3. Une pompe à eau de Fontenay-aux-Roses, entièrement restaurée par des bénévoles de l’association et présentée en fonctionnement.

 

 

De plus, hors exposition, une présentation en fonctionnement de quelques outillages que nous avons réalisés pour la caractérisation de certains ouvrages d’exploration. Nous les avons développés pour nos besoins (plateforme vidéo, perches vidéo, tachéomètre, robots, …).       

Extrait du tract - Ville de Fontenay-aux-Roses

Quelques points clefs : 

  • Lieu : 12 Place du Château Ste-Barbe - 92260 Fontenay-aux-Roses.
  • Ouverture de notre exposition : du jeudi 13 au mercredi 19 septembre inclus de 9h30 à 12h et de 14h à 18h.
  • Visites guidées de l’exposition : à 10h et à 15h (durée 1 heure environ).
  • Démonstration de nos outillages : à 11h et à 16h (durée 1 heure environ).

 

     ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

BESbswy

BESbswy

BESbswy

BESbswy

BESbswy__________________________________________________________________________________


11 - La journée des Associations
   
Elle eut lieu en septembre, comme le veut la tradition, le 9 exactement pour 2018.
   Le gymnase du parc étant en travaux, une multitude de tentes blanches ont été installées dans le parc Sainte-Barbe. Une ou deux tentes par association. La journée fut ensoleillée.
   Pour la première fois, nous avons exposé notre pompe ancienne restaurée.
   Nous étions placés à côté de l'association "Les Potagers" afin de pouvoir présenter notre pompe au milieu des légumes et des fleurs de notre voisin.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

12 - Les Journées Européennes du Patrimoine (JEP)
 
Notre exposition était présentée pendant 7 jours dans la salle Ste Barbe du jeudi 13 au mercredi 19 septembre. Nous remercions le service "Vie Associative" de nous avoir mis à disposition cette magnifique salle.
Malgré une publicité ne mettant pas assez en apparence la durée de notre exposition, bien plus large que les seules JEP, nous avons comptabilisé plus de 250 visiteurs, parmi lesquels nous citerons :

  • l’archéologue de la DRAC Ile-de-France en charge du 92,
  • deux représentants de l’IRSN,
  • un représentant du CEA de Saclay-Fontenay,
  • David Descatoire, responsable des archives municipales de notre ville accompagné de son homologue du Plessis-Robinson (avec qui nous travaillons pour retrouver le drain Colbert),
  • un groupe de l’ARHYME (Association pour la réhabilitation du Réseau HYdraulique du domaine royal de MEudon)
  • des représentants d’ABIMES (Association des Barbastelles d’Issy-les-Moulineaux pour l’Exploration Spéléologique).
  • de nombreux Fontenaisiens, Franciliens, et même des provinciaux.
  • et pour la première fois, 2 classes de CM2 de l’Ecole du Parc,




  Colette Junier présentant un petit montage vidéo
 à une classe de CM2.





 Nous avons présenté et commenté : 


 

 

 


1.  Notre pompe rénovée à l’identique et fonctionnelle
qui a attiré beaucoup de monde.

         De nombreuses personnes, et surtout les enfants,

ont voulu s’assurer de son fonctionnement….






2.   De nouveaux plans d’archives très détaillés, accompagnés de photos, sur les drains Colbert
  aux Vaux-Robert, ainsi que sur les abris anti-aériens souterrains. 

(Un livret sur "Les drains Colbert" et un autre sur "Les abris anti-aériens" sont téléchargeables

sur ce site, en "Page 1 actualités").

 

 

 

3.  Nos outillages qui étaient exposés à l’arrière de la salle.

     Leur fonctionnement a été expliqué par leurs concepteurs. Principalement :



  • un endoscope, qui peut pénétrer à travers un petit trou de quelques centimètres de diamètre et voir ce qu’il y a derrière, ou dessous (par exemple sous une plaque d’égout…),


  • un tachéomètre, qui permet des mesures d’angle et de distance,
    là où un topographe ne pourrait pas accéder.

  • un robot mobile amphibie tout terrain, filoguidé et se déplaçant sur le sol de la galerie pour l’explorer avec sa caméra orientable et son éclairage,


  • une plateforme vidéo équipée d’un éclairage modulable permettant des images de qualité au fond d’un regard ou d’une cavité, et contribuant à la surveillance du robot cité précédemment.

A noter que l’archéologue représentant de la DRAC a été intéressé par nos matériels pour une exploration dans des galeries souterraines ailleurs en Ile-de-France.

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


13 - Exploration des drains Colbert à partir du regard R20 

 

   Le 25 octobre 2018, les Sources de Fontenay ont franchi les frontières de la commune.

   Alors que toutes nos interventions précédentes ont été réalisées sur le territoire de Fontenay, pour la première fois, avec l'appui des services techniques du Plessis-Robinson, nous avons étendu notre rayon d'action à une commune voisine.

   Les drains Colbert, dont nous vous avons parlé précédemment au point 6, s'étendent au-delà de la commune de Fontenay-aux-Roses, sur la commune du Plessis-Robinson tout d'abord, puis sur celle de Châtenay-Malabry, avant de rejoindre leur destination à Sceaux.


   Le regard R20, situé sur le trottoir de la rue de Fontenay au Plessis-Robinson, se trouve à proximité immédiate d'un carrefour entre deux aqueducs drainants. Grâce à l'assistance de la mairie de cette commune, qui a ouvert pour nous un pesant tampon de fonte, nous avons pu explorer un nouveau tronçon de ces drains, et découvrir une galerie de grande taille sous la rue de la Fosse Bazin, dans laquelle semble subsister des vestiges des dispositifs de vannage destinés à gérer les eaux ainsi recueillies.

   

   Nous avons également découvert une chambre assez spacieuse au carrefour de deux drains, avec de superbes arcs de voûte en pierres de taille. Tous nos moyens ont été mis à contribution : plate-forme vidéo, tachéomètre et robot filoguidé, pour caractériser cette partie du réseau construit par Colbert en 1675.

   

   Cette exploration a également permis de découvrir un autre tampon sur la voie publique, sur la commune de Fontenay cette fois-ci, donnant également accès à ces galeries, et que nous espérons faire ouvrir pas les services techniques de notre commune pour compléter la caractérisation des ces ouvrages remarquables.

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


14 - Un appel de la mairie du Plessis-Robinson

 

     Le 15 novembre 2018, suite à un effondrement dans le jardin de l'orangerie du Plessis-Robinson, les services techniques de cette commune ont entrepris des fouilles pour déterminer l'origine de ce désordre.

     Ils ont découvert, à plus d'un mètre de profondeur, un regard en ciment qui obstruait ce qui semblait être un puits.

 

     Un membre du personnel municipal que nous avions invité à notre exposition pour les JEP, et qui avait manifesté beaucoup d'intérêt pour notre matériel d'exploration, a eu l'idée de nous appeler pour mettre à profit notre expertise en ouvrages souterrains.

 

     Nous avons pu ainsi explorer, à l'aide d'endoscopes, ce puits qui s'est avéré être l'accès à une citerne souterraine. Sur la base de cette information, le service des archives du Plessis-Robinson a pu faire le lien entre cette citerne et un ancien plan dressé à main levée en 1819 par le vicomte de Sussy, alors propriétaire du château devenu aujourd'hui la mairie, traçant le réseau hydraulique qui alimentait ledit château à partir de l'étang de "l'écoute s'il pleut", situé alors à l'emplacement de l'actuelle école Henri Wallon.  

 

     La citerne découverte est celle notée petite citerne sur ce plan.


Un très bon exemple de coopération fructueuse entre notre association et des services municipaux. 


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

15 - Un puits en pierres taillées pour notre inventaire

   Nous l’avons trouvé fin 2018 dans le secteur rue Scarron/rue des Bénards/rue des Sorrières.

   

    Il possède encore ses arceaux métalliques. Une poulie est encore visible en haut des arceaux. Pour remplir le seau, on le descendait au bout d’une corde qui passait sur cette poulie.

 

    La pompe à bras, visible sur la photo, a remplacé le seau vers 1850 environ.

Puis une pompe électrique l'a remplacée.

 

    Le propriétaire arrosait encore son jardin avec l’eau de ce puits en 1998.

 

     La margelle, de 118 cm de diamètre, est en meulières et le puits lui-même en pierres blanches, ce qui est assez rare à Fontenay. En effet, la plupart des autres puits de notre ville sont en briques rouges et les cheminées d’accès aux aqueducs souterrains en meulières orange.

Sa profondeur est de 8,10 m du haut de la margelle jusqu’au fond et nous avons pu mesurer 85 cm d’eau.

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

16 - Abris anti-aériens sous le gymnase du Parc

     Nous avions localisé l’abri n°1 sous les vestiaires et les douches (partie ouest du gymnase), l’avons exploré, documenté et nous avons transmis nos connaissances au STM (Service Technique Municipal) dans le cadre du projet de rénovation du gymnase.


     Puis nous avons poursuivi nos recherches de l’abri n°2.

Il serait situé sous la salle de sport (partie est du gymnase), confirmé par des documents d’archives liés à la réalisation en 1946 d’un terrain de football sur cette zone.

 

Tout comme le 1er abri, nous avions informé la municipalité de cette avancée, afin d’entreprendre sa localisation dans le cadre du projet de rénovation du gymnase.

 

 

 

    Récemment, et comme prévu, le STM nous a transmis un extrait du projet de rénovation du gymnase :

 

Le 1er abri, parfaitement identifié, y figure, et nous avons pu constater que :


  • le projet de rénovation n’a aucun impact sur celui-ci : conservation en l’état.
  • deux trappes ont été prévues pour en permettre un accès technique afin qu’il ne retombe pas dans l’oubli.
    (Devoir de Mémoire pour cette période de la guerre 39/45)

 

Le 2ème abri, dont la position exacte n’est pas encore établie, n’y figure pas.


  • un récent sondage au droit de l’emprise sud du gymnase, a permis de confirmer qu’il ne débordait pas : il serait donc situé entièrement en dessous.

 

  • l’utilisation actuelle du gymnase par les sportifs et la constitution de son sol nous interdisent tout sondage (même des micro-forages) qui auraient pu permettre de le positionner.

 

  • Toutefois, sa localisation exacte est nécessaire afin de prévoir une architecture des nouvelles fondations du gymnase qui ne l’impacte pas.

 

L’équipe LSF est disponible pour collaborer, comme dans le passé, avec les services du STM concernés.

 

 -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

17 - Visite à MEUDON - Association ARHYME

   Plusieurs membres de l’association ARHYME (Association pour la réhabilitation du Réseau HYdraulique du domaine royal de MEudon) sont venus visiter notre exposition pendant les Journées Européennes du Patrimoine en septembre 2018. A cette occasion, ils ont manifesté leur intérêt pour nos équipements d'exploration, dans le but d'étudier deux aqueducs souterrains dans le bois de Meudon.


   Le 11 décembre 2018, nous sommes allés nous aussi voir les très belles et longues rigoles qui se remplissent d’eau de pluie dans le bois de Meudon. Circulation d’eau en surface, grands réservoirs, moulins à vent, aqueducs souterrains, le tout pour alimenter des bassins, des cascades, des fontaines, des jets d’eau pour le marquis de Louvois, ministre de la guerre de Louis XIV.…


Nous retournerons à Meudon avec nos appareils lors d’une prochaine visite…

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


18 - Conseil d'Administration le 10 novembre

 

Le Conseil d’Administration s’est réuni le 10 novembre 2018 afin de préparer l’Assemblée Générale.

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


19 - Assemblée Générale le 18 décembre à 20 heures

 

 

     Elle s’est déroulée dans la salle Ste Barbe avec dix-neuf membres présents ou représentés.

 

     Comme à l’accoutumé, le rapport moral, le rapport financier et le rapport d’activités ont été présentés, avec l’aide du vidéoprojecteur de la salle. Tous les points ont été validés à l’unanimité.

 

     Le rapport d’activité, assez détaillé, a été présenté par chacun des 4 membres actifs, en particulier pour les outils de cartographie et les outillages qui ont été applaudis par l’assemblée.

 

     

     Trois membres du Conseil d’Administration (Colette Junier, Guy Chevalier, Robert Bayle), dont le mandat expirait (cf. nos statuts) ont été réélus à l’unanimité.

     Un 9ème membre, Michel Rouillard, spéléologue et spécialiste des cavités souterraines, a été élu à l’unanimité pour faire partie du Conseil d’Administration.

 

     La séance s’est terminée à 22 h 43, suivie du « pot de l’amitié » qui nous a permis de déguster beaucoup de bonnes choses que nous avions apportées.


     Le compte-rendu détaillé de l’Assemblée Générale a été adressé à tous nos adhérents par mail ou par courrier postal.


    Muriel Guilleminot, maire adjointe au patrimoine et à la culture, adhérente à l’association, nous a dit : « J’ai bien reçu votre compte-rendu. C’est un bonheur de le lire tellement il est bien écrit ! » « Vous faites un sacré boulot ! »

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


20 - Une nouvelle année débute

 

Nous vous souhaitons une très bonne année 2019.

 

Nos projets sont :

 

  • la poursuite de nos investigations aux Vaux-Robert,

 

  • la localisation des deux autres abris anti-aériens souterrains :
    • celle de l’abri anti-aérien n°2 rendue impérative avec les travaux de rénovation du gymnase.
    • celle de l’abri anti-aérien n°3 sous la place Ste Barbe.

 

  • une première version cartographique de l’inventaire des puits de Fontenay-aux-Roses. Nous en avons déjà répertorié une soixantaine.

 

  • une exploration avec nos matériels pour l’association ARHYME de Meudon,

 

  • et bien évidemment tout nouveau thème qui pourrait se présenter au cours de cette nouvelle année ….

 


{fin 2018}